IMPRESSIONS D'EUROPE
2, rue du Roi Albert - 44000 Nantes - tel/fax 33 (0)240 124 237
 

Bienvenue sur le site d'Impressions d'Europe


Association loi 1901, consacrée à la promotion des littératures européennes, du livre et de la lecture, est le fruit d’un rebondissement.

Étayée par une équipe de partisans des lettres, héritière d’un passé combatif, elle ressuscite, au cours de rencontres périodiques au Printemps et en novembre, les projets littéraires, par son fondateur Yves Douet et son coordinateur Patrice Viart, témoignant de la présence vivante à Nantes et en Région des Pays de la Loire du roman de l’Europe.

Rencontres Littéraires

Río de la Plata Argentine-Uruguay

du 9 au 12 novembre 2018
Le Grand T, Nantes Entrée libre

Vendredi 9 novembre 2018

José Muñoz
le maître de la bande dessinée et du roman graphique argentins

« Les labyrinthes de Jorge Luis Borges »
avec Jean-Clet Martin, Pablo de Santis, Laura Alcoba, Eduardo Berti et André Gabastou

Projection du film « Invasion »
(1969) de Hugo Santiago, présentation du film par Santiago H. Amigorena

Samedi 10 novembre 2018

« Vies et voix de femmes argentines »
avec Laura Alcoba, Alicia Dujovne Ortiz et Elsa Osorio

« Río de la Plata/Europe : allers-retours littéraires »
avec Andrés Neuman, Carlos Liscano et Juan Carlos Mondragón

« Occupations bizarres »
textes de Julio Cortázar extraits de Cronopes et Fameux dits par Yvon Lapous

« Lectures des trois princes français d’Uruguay »
par Yves Arcaix : Lautréamont, Laforgue, Supervielle

« Vivre, penser et écrire en exil »
avec Eduardo Berti, Laura Alcoba et Santiago H. Amigorena

Le Grand entretien
avec Carmen Posadas

« Tango et littérature »
avec Eduardo Berti et José Muñoz

Bal Tango (milonga)
avec le trio Jerez Le Cam Ensemble


Dimanche 11 novembre 2018

« Comment écrire en dictature ? »
avec Alicia Dujovne Ortiz, Juan Carlos Mondragón et Carlos Liscano

« Le polar du Río de la Plata »
avec Carmen Posadas et Pablo de Santis

« Littérature et cinéma, le Péril jeune »
avec Santiago H. Amigorena

« Deux grandes figures de la littérature argentine »
avec Elsa Osorio et Andrés Neuman

Grand entretien de clôture
avec Pablo de Santis

Autres animations, interventions et lectures des écrivains invités en Pays de la Loire




Vendredi 9 novembre 2018

16h-17h
José Muñoz, le maître de la bande dessinée et du roman graphique argentins
Grand plateau

Modérateur : Henri Landré, journaliste à Jet FM

José Muñoz (1942)
José Muñoz, dessinateur prodigieux, puissant et poétique, a été enfin reconnu comme une figure majeure de l’histoire de la bande dessinée. Son œuvre, difficilement dissociable de celle de son complice scénariste Carlos Sampayo, est empreinte de sa culture argentine, du déracinement, de révoltes, de luttes politiques, d’engagement, mais aussi de musique et de l’amour du dessin. Ce n’est pas un hasard si, en 2007, celui à qui il était interdit de dessiner en Argentine 40 ans plus tôt, a reçu le Grand Prix de la ville d’Angoulême, récompense d’un travail riche et original.

bibliographie sélective
Precinto 56, Casterman, 2018
Albert Camus. Le Premier Homme, Futuropolis/Gallimard, 2013
Albert Camus. L’Étranger, Futuropolis/Gallimard, 2012
Carlos Gardel. La Voix de l’Argentine, avec Carlos Sampayo, Futuropolis, 2 vol., 2008-2010
La Pampa y Buenos Aires. De chair et de poussière,Futuropolis, 2006
Le Bar à Joe, avec Carlos Sampayo, Casterman, 3 vol., 1981, 1987, 2002, rééd. en intégrale, 2017
Le Livre, avec Carlos Sampayo, Casterman, coll. « Romans », 2004
Alack Sinner, avec Carlos Sampayo, Casterman,7 vol. de 1977 à 2006

Projection de planches, croquis, dessins pendant le débat, puis dédicaces.
17h
Ouverture de la Grande librairie « Río de la Plata »
Hall du Grand T

18h15-19h45
Le Grand débat d’ouverture : « Les labyrinthes de Jorge Luis borges »
Grand plateau

« Je pensai à un labyrinthe de labyrinthes, à un sinueux labyrinthe croissant qui embrasserait le passé et l’avenir et qui impliquerait les astres en uelque sorte. »
Jorge Luis borges, Le jardin aux sentiers qui bifurquent

Modérateur : Thierry Guichard, directeur de publication du Matricule des Anges

Jean-Clet Martin
Agrégé et docteur en philosophie, Jean-Clet Martin a été directeur de programme au Collège international de philosophie de Paris de 1998 à 2004. 
Auteur de nombreux essais, livres d’art et romans, il a écrit Borges. Une biographie de l’éternité paru aux éditions de l’éclat en 2006.

Pablo De Santis
Né en 1963 à Buenos Aires, Pablo de Santis débute son œuvre pour adultes avec La Traduction en 1998, finaliste du prix Planeta Argentina, et qui sera publié en France en 2004. Suivront Le Théâtre de la mémoire, Le Calligraphe de Voltaire, Le Cercle des douze, Crimes et jardins et La Fille du cryptographe,romans tantôt policiers, tantôt fantastiques (Métailié).

Laura Alcoba
Romancière et traductrice, Laura Alcoba a vécu en Argentine jusqu’à ses 10 ans. Elle vit aujourd’hui à Paris et enseigne la littérature espagnole du « Siècle d’or » à l’université. Elle a déjà publié chez Gallimard Manèges. Petite histoire argentine (2007), Jardin blanc (2009), Les passagers de l’Anna C. (2012), Le Bleu des abeilles (2013), La Danse de l’araignée (2017) et écrit plusieurs articles consacrés & Borges,

Eduardo Berti
Né à Buenos Aires en 1964, Eduardo Berti vit actuellement à Bordeaux. Journaliste, traducteur, éditeur, il est l’auteur notamment chez Actes Sud de La Vie impossible (2003) où l’on retrouve Borges dans les précieux dédales de ce labyrinthe fait de fausses portes en faux temps, avec de faux personnages et de vrais miroirs. Il est l’auteur, entre autres, de L’Ombre du boxeur (2009), Le Pays imaginé (2013) et Une présence idéale (2017).

Adré Gabastou
André Gabastou traduit des auteurs espagnols (Enrique Vila-Matas, Bernardo Atxaga, Eduardo Lago…) et latinoaméricains (Borges, Victoria Ocampo, Adolfo Bioy Casares…). Il a écrit l’article « Des vertus de l’infidélité en traduction » dans Le Magazine Littéraire (juin 2002) consacré à Borges et révélera quelques vérités dans son allocution « Facéties borgésiennes ».

19h45
Pause : dégustation de vins argentins « bodega Piedra negra » et « Tierra de Luna - Pinot Grigio Torrontes »
Hall du Grand T

20h30
Film « Invasion »
Chapelle du Grand T

Présentation du film par Santiago H. Amigorena
« Invasion » (1969) de Hugo Santiago. Scénario de Jorge Luis borges, Adolpho bioy Casares et Hugo Santiago. Avec Patrice Lautaro Murúa, Juan Carlos Paz, Olga Zubarry… 
128 min.

En 1957, à Aquilea, petite ville imaginaire d’Amérique du Sud, les habitants se préparent à une invasion. Les assaillants s’infiltrent par toutes les portes de la ville. Personne ne sait qui ils sont ni quelles sont leurs véritables motivations. Seul un groupe d’hommes, menés par don Porfirio, tente de résister. Il leur faut intercepter de mystérieux chargements, tout en retardant l’avancée de ces étranges envahisseurs… « Rien ne prépare à la découverte d’Invasion : ni son statut de film maudit (le négatif original “disparu”  en 1978 sous la dictature argentine) ;  ni la filmo méconnue de Santiago ; ni la présence au générique de l’écrivain Jorge Luis Borges,  qui  manifesta  son  enthousiasme pour  un  film  en  lequel  il  voyait possiblement “le premier exemple d’un nouveau genre fantastique”.  »
François Gorin, Télérama, 2002
Samedi 10 novembre 2018

14h30
Ouverture de la Grande librairie « RÍo de la Plata »
Hall du Grand T

14h45-15h45
« Vies et voix de femmes argentines »
Grand plateau

Modératrice : Camille Thomine, journaliste au Nouveau Magazine Littéraire

Laura Alcoba (1968)
Alors qu’elle n’a que 10 ans, ses parents fuient la dictature et se réfugient en France. Aujourd’hui, Laura Acolba enseigne à l’université de Nanterre la littérature du « Siècle d’Or ». Elle se consacre également à la traduction. Elle écrit en français, mais le thème de ses livres est toujours l’Argentine. 
Son premier roman, Manèges. Petite histoire argentine (2007), revient sur son enfance en Argentine marquée par la dictature militaire. Dans La Danse de l’araignée (2017) enfin, c’est le temps de l’adolescence qui est évoqué. Ses bouleversements troublants et la correspondance régulière avec le père emprisonné tissent une toile subtile où présent, passé et imaginaire prennent tour à tour le dessus.

bibliographie sélective
La Danse de l’araignée, Gallimard, 2017
Le Bleu des abeilles, Gallimard, 2013 et Folio, 2015
Les Passagers de l’Anna C., Gallimard, 2012
Jardin Blanc, Gallimard, 2009

Alicia Dujovne Ortiz(1940)
Journaliste, poète, biographe et autobiographe, critique littéraire et critique d’art, mais surtout romancière, c’est en espagnol qu’Alicia Dujovne Ortiz, née en Argentine, écrit la plupart de ses œuvres, traduites par la suite dans plus de vingt langues. Argentins ou non, les personnages que l’auteur nous raconte sont des aventuriers aux destins exceptionnels, excessifs, marginaux à l’identité divisée qui rend leur existence à la fois colossale et fragile : Eva Perón devenue la Madone des pauvres, Dora Maar l’artiste surréaliste ou la Marrane Sainte Thérèse d’Avila souffrant de devoir occulter ses origines juives ; tous habités d’une même passion frôlant le religieux.

bibliographie sélective
Milagro Sala, l’étincelle d’un peuple, trad. Anne-Charlotte Chasset, éd. Des Femmes, 2017
Le Monologue de Teresa, trad. François Rosso, Grasset, 2011
L’Étoile rouge et le poète, trad. Claude de Frayssinet, Métailié, 2009
Femme couleur tango, trad. Françoise Rosset, Grasset, 1998

Elsa Osorio(1952)
Née à Buenos Aires, Elsa Osorio est romancière, biographe, nouvelliste et scénariste pour le cinéma et la télévision. Elle a vécu à Paris et à Madrid, et réside actuellement à Buenos Aires. Elle est lauréate de plusieurs prix, dont le prix National de Littérature pour Ritos Privados et le prix Amnesty International pour Luz ou le temps sauvage.Ses romans sont largement traduits en Europe, en Asie, au Brésil…

bibliographie sélective
Double fond, trad. François Gaudry, Métailié, 2018
La Capit ana, trad. François Gaudry, Métailié, 2012
Sept nuits d’insomnie, trad. François Gaudry, Métailié, 2010
Tango, trad. Jean-Marie Saint-Lu, Métailié, 2007


16h15-17h
« Río de la Plata/Europe : allers-retours littéraires »
Grand plateau

Modérateur : Thierry Guichard, directeur de publication du Matricule des Anges

Andrés Neuman (1977)
Chroniqueur, essayiste, auteur de quatre romans, de plusieurs recueils de poèmes, de nouvelles, ainsi que d’un livre d’aphorismes, Andrés Neuman a obtenu le prix Hiperión de poésie. Il fait partie de la sélection Granta 2010 des meilleurs jeunes écrivains de langue espagnole.

bibliographie sélective
Bariloche, trad. Alexandra Carrasco, Buchet/Chastel, 2017
Parler seul, trad. Alexandra Carrasco, Buchet/Chastel, 2014
Le Voyageur du siècle, trad. Alexandra Carrasco, Fayard, 2011 et Libretto, 2017

Carlos Liscano (1949)
Condamné pour raisons politiques par le régime militaire à l’âge de 22 ans, Carlos Liscano passe treize années en prison, durant lesquelles il subit la torture. Libéré en 1985, il s’exile en Suède, où il exerce les professions de traducteur, journaliste, professeur d’espagnol et écrivain. Il rentre en Uruguay en 1996. Depuis, il vit à Montevideo. C’est pendant son incarcération que Carlos Liscano se met à écrire : des nouvelles, des romans, des poèmes, des pièces de théâtre ; une œuvre profondément influencée par ses deux maîtres, Kafka et Céline.

bibliographie sélective
Le Lecteur inconstant suivi de Vie du corbeau blanc, trad. Martine Breuer, Belfond, 2011 et  10-18, 2015
L’écrivain et l’autre, trad. Jean-Marie Saint-Lu, Belfond, 2010 et 10-18, 2011
Souvenirs de la guerre récente, trad. Jean-Marie Saint-Lu, Belfond, 2007 et 10-18, 2009

Juan Carlos Mondragón(1951)
L’œuvre de Juan Carlos Mondragón s’inscrit dans la tradition littéraire du Río de la Plata dont il est l’un des plus singuliers rénovateurs. Auteur de plusieurs romans, essais, nouvelles, articles, il a reçu le Premio Nacional de la Critica pour Le Principe de Van Helsing (Seuil, 2004). Maître de conférences en littérature et civilisation latino-américaines à l’université de Lille III, il vit à Paris.

bibliographie sélective
Bruxelles piano-bar, trad. Gabriel Laculli et Annie Morvan, Le Seuil, 2015
Passion et oubli d’Anastassia Lizavetta,trad. Gabriel Laculli, Le Seuil, 2010
« Montevideo / 71 », in Avoir vingt ans, Meeting n° 5, MEET, 2007
Le Principe de Van Helsing, trad. Gabriel Laculli, Le Seuil, 2004

16h15-16h45
« Occupations bizarres »
Chapelle du Grand T

Textes de Julio Cortázar extraits de Cronopes et Fameux (Gallimard, 1977) dits par Yvon Lapous
Savez-vous lire l’heure en effeuillant un artichaut ? Tuer les fourmis à Rome ? Vous faut-il des instructions pour pleurer ? Vous arrive-t-il de jeter les timbres-poste que vous trouvez laids ? Si vous répondez « oui » à ces questions, vous êtes un Cronope, un de ces êtres qui font, depuis quinze ans, carrière en Amérique latine. Dans le cas contraire, vous risquez d’être un de ces Fameux qui conservent leurs souvenirs enveloppés dans un drap noir : pour votre tranquillité, mieux vaut s’abstenir de lire ce livre.

Suivi de « Lectures des trois princes français d’Uruguay » par Yves Arcaix : Lautréamont, Laforgue, Supervielle.

17h30-18h15
« Vivre, penser et écrire en exil »
Grand plateau

Modérateur : Thierry Guichard, directeur de publication du Matricule des Anges

Eduardo Berti (1964)
Très jeune, Eduardo Berti collabore dans les journaux les plus importants de son pays (Clarín, La Nación…) et fonde l’une des premières radios indépendantes de l’Argentine. Dans les années 1990, il travaille aussi comme critique littéraire, lecteur et également traducteur. Il est depuis 2014 membre de l’OULIPO.

Derniers titres parus
Inventaire d’inventions (inventées), écrit avec le collectif Monobloque, La Contre Allée, 2018
Une présence idéale, Flammarion, 2017

Laura Alcoba (1968)
Romancière et traductrice, Laura Alcoba a vécu en Argentine jusqu’à ses 10 ans. Elle vit aujourd’hui à Paris et enseigne la littérature du « Siècle d’Or » à l’université de Nanterre.

Dernier titre paru
La Danse de l’araignée, Gallimard, 2017

Santiago H,Amigorena (1962)
Santiago H. Amigorena passe son enfance en Argentine, puis en Uruguay et, en 1973, sa famille s’installe en France. Outre ses romans, depuis 1998, Santiago H. Amigorena rédige son autobiographie dans laquelle il narre les sentiments d’exclusion de l’enfant ne parlant pas, l’exil et sa vie en France, l’initiation au français, les émois de son premier amour, la première défaite et le pouvoir de l’écriture…

Derniers titres parus
Les Premières fois, P.O.L, 2016
Mes derniers mots, P.O.L, 2015
Des jours que je n’ai pas oubliés, P.O.L, 2014

18h45-19h30
Le Grand entretien
Grand plateau

Modératrice : Camille Thomine, journaliste au Nouveau Magazine Littéraire

Carmen Posadas (1953)
Née à Montevideo en Uruguay, Carmen Posadas est l’auteure d’une douzaine de livres pour enfants, de recueils de nouvelles et d’essais, elle a écrit pour le cinéma et la télévision. Ses romans Cinq mouches bleues et Petites Infamies sont aujourd’hui des best-sellers internationaux. Elle a reçu le prestigieux prix Planeta en 1998. Ses livres ont été traduits en vingt-quatre langues.

bibliographie sélective
Le Témoin invisible, trad. Isabelle Gugnon, Le Seuil, 2014 et Points, 2015
Invitation à un assassinat, trad. Isabelle Gugnon, Le Seuil, 2012 et Points, 2013
Cinq mouches bleues, trad. Gabriel Laculli, Le Seuil, 2001 et Points, 2002
Petites infamies, trad. François Maspero, Le Seuil, 2000 et Points, 2001

18h45-19h30
Tango et littérature
Chapelle du Grand T

Modérateur : Henri Landré, journaliste à Jet FM

Eduardo Berti (1964)
Très jeune, Eduardo Berti publie deux livres journalistiques autour de la musique populaire en Amérique latine. Dans les années 1990, en parallèle à la réalisation de documentaires pour la télévision sur l’histoire du tango, il écrit de nombreux romans parus chez Grasset Actes Sud, Flammarion…

José Muñoz (1942)
Près de quatre années auront été nécessaires à Muñoz et Sampayo pour boucler leur biographie de Carlos Gardel (Futuropolis, 2010), l’homme qui a donné ses lettres de noblesse au tango. Renouant avec leurs racines argentines, les maîtres du noir et blanc nous offrent une biographie en bande dessinée dans le plus pur style de leur chef d’œuvre, Billie Holliday, publiée ici dans sa version intégrale. Des mêmes auteurs : Tango y milonga, Futuropolis, 1987.

20h
bal Tango(milonga)
en musique avec le trio Jerez Le Cam Ensemble
Restaurant du Grand T

Dimanche 11 novembre 2018

14h15
Ouverture de la Grande librairie « Río de la Plata »
Hall du Grand T

14h30-15h30
« Comment écrire en dictature ?  »
Grand plateau

Modérateur : Thierry Guichard, directeur de publication du Matricule des Anges

Alicia Dujovne Ortiz (1940)
Née à Buenos Aires, Alicia Dujovne Ortiz est journaliste, critique littéraire et critique d’art, romancière, poète, écrivaine, biographe. Ses livres ont été traduits en plus de vingt langues. Elle a reçu, en 2013, le Prix Konex de Platino (Argentine) pour l’ensemble de son œuvre.

Dernier titre paru
Milagro Sala, l’étincelle d’un peuple, trad. Anne-Charlotte Chasset, éd. Des Femmes, 2017

Juan Carlos Mondragón (1951)
L’œuvre de Juan Carlos Mondragón est considérée comme l’affirmation et la rénovation les plus singulières de la tradition littéraire du Río de la Plata représentée par Felisberto Hernández, Juan Carlos Onetti et Mario Benedetti.

Dernier titre paru
Bruxelles piano-bar, trad. Gabriel Laculli et Annie Morvan, Le Seuil, 2015

Carlos Liscano (1949)
Condamné pour raisons politiques par le régime militaire à 22 ans, il passe treize années en prison, durant lesquelles il subit la torture. Libéré en 1985, Carlos Liscano s’exile en Suède, où il exerce les professions de traducteur, journaliste, professeur d’espagnol et écrivain. Il rentre en Uruguay en 1996,

Dernier titre paru
Le Lecteur inconstant suivi de Vie du corbeau blanc, trad. Martine Breuer, Belfond, 2011 et 10-18, 
2017  
16h-16h45
« Le polar du Río de la Plata »
Grand plateau

Modérateur : François braud, auteur et critique de romans policiers

Carmen Posadas (1953)
Née en Uruguay, Carmen Posadas réside à Madrid. Auteure de recueils de nouvelles et d’essais, elle a écrit pour le cinéma et la télévision. Elle a reçu le prix Planeta en 1998. Ses romans Cinq Mouches bleues et La Dames de cœurs sont aujourd’hui des best-sellers internationaux.
« Carmen  Posadas  se  situe  exactement  entre Agatha  Christie  et  le  Pedro  Almodóvar  des premiers  films.  Elle  a  su  intégrer  plusieurs influences et proposer une œuvre dont le maître mot reste l’humour noir. »Le Figaro littéraire

Dernier titre paru
Le Témoin invisible, trad. Isabelle Gugnon, Le Seuil, 2014 et Points, 2015



Pablo De Santis (1963)
Tout à la fois écrivain, journaliste et scénariste de bande dessinée, Pablo de Santis a débuté son œuvre pour adultes avec La Traduction en 1998, publié en France en 2004. Suivront Le Théâtre de la Mémoire, Le Calligraphe de Voltaire et Le Cercle des Douze, prix PlanetaCasamérica 2007.

Dernier titre paru
La Fille du cryptographe, trad. François Gaudry, Métailié, 2018

16h-16h45
« Littérature et cinéma, le Péril jeune » avec Santiago H. Amigorena
Chapelle du Grand T

Santiago H. Amigorena commence sa carrière cinématographique par l’écriture du scénario du film La Jalousie de Christophe Loizillon puis signe une vingtaine de scénarios, notamment pour  la nouvelle génération de réalisateurs français des années 1990, entre autres, Cédric Klapisch, Laurence Ferreira Barbosa, Brigitte Roüan, Agnès Marlet, Jean-Pierre Limousin avant la réalisation, en 2006 de son premier film, Quelques jours en septembre. Il est l’auteur de neuf  livres tous parus aux éditions P.O.L.

Dernier titre paru
Les Premières fois, P.O.L, 2016

17h15-18h
Elsa Osorio, Andrés neuman : deux grandes figures de la littérature argentine
Chapelle du Grand T

Modératrice : Camille Thomine, journaliste au Nouveau Magazine Littéraire

Elsa Osorio (1952)

Dernier titre paru
Double fond, trad. François Gaudry, Métailié, 2017
« En  Loire-Atlantique,  le corps  d’une  suicidée charrie  toute  l’histoire de  la  dictature  de  son rgentine natale. Un récit d’espionnage glaçant. Quand  le  corps  d’une doctoresse  de  SaintNazaire, veuve depuis peu, s’échoue à  La Turballe,  la police conclut rapidement à  un  suicide.  Mais  qui est  au  juste  cette  femme  dont  on  apprend qu’elle  était  argentine ?  Muriel,  journaliste locale,  mène  l’enquête  et  pressent  que  la victime aurait été  jetée d’un avion comme aux plus  sombres  heures  de  la  dictature  militaire argentine,  qui  fit  des  dizaines  de  milliers  de victimes entre 1976 et 1983. Véritable  roman  d’espionnage  qui  entremêle réalité et fiction, Double Fond est glacial quand il rappelle la cruauté et le cynisme d’un régime militaire  et  de  ses  séides,  mais  confère  aussi à quelques personnages, argentins et français, une dignité et un courage porteurs d’espoir. La doctoresse  nazairienne,  qui  s’appelait  Juana, est  à  elle  seule  le  symbole  d’une  histoire tragique. » Télérama

Andrés Neuman (1977)

Dernier titre paru
Bariloche, trad. Alexandra Carrasco, Buchet/Chastel, 2017

Demetrio Rota est éboueur à Buenos Aires et pour échapper à un quotidien morne et sans substance, il s’adonne la nuit à  une passion dévorante : les puzzles. Pièce après pièce, à la manière d’une Pénélope revenant chaque fois à l’ouvrage, Demetrio reconstruit son passé. Il tisse une mémoire fragile, vitale, faisant revivre sous nos yeux le parcours d’un homme ordinaire, écrasé par un présent qui l’étouffe et dont il tente de s’affranchir. Les émois de l’adolescence, le premier amour,  les mécanismes aliénants de nos vies modernes, les évocations d’une nature sublime et les réalités des mégapoles dénuées d’humanité sont au cœur de cette fable contemporaine  et  poétique, qui interroge puissamment les limites et les  écueils de nos existences sans horizon.

17h15-18h
Grand entretien de clôture avec Pablo de Santis
Grand plateau

Modérateur : Thierry Guichard, directeur de publication du Matricule des Anges

Dernier titre paru
La Fille du cryptographe, trad. François Gaudry, Métailié, 2018
Miguel  Dorey  est  atteint  d’un  défaut  d’audition qui l’amène à mettre en doute la réalité de ce qu’il entend. Il  est  obsédé  par  les  langages  secrets des  civilisations  oubliées  tout  autant  que  par les  codes de l’espionnage.  Avec  ses camarades du cours du professeur Colina Ross,  il  fonde un Cercle  des cryptographes  qui  gagne  une  petite réputation internationale. L’agitation  étudiante  de  1968  va  permettre  à Miguel  de  rencontrer  Eleonora,  une  jeune  fille pleine  de  secrets.  Mais  l’instauration  de  la dictature  dans  les  années  70  et  l’irruption  de Victor  Crámer,  un  vieil  ennemi  du  professeur, transforment  le  paisible  Cercle  en  une organisation proche de la  lutte armée qui finira par tomber aux mains des militaires.
Emprisonnés,  isolés  du  monde,  les  étudiants sont  chargés  de  déchiffrer  tous  les  écrits confisqués par l’armée,  et  Miguel  découvre  des secrets qu’il doit cacher.
18h30
Clôture de la manifestation

Autres animations pendant  les Rencontres littéraires Río de la Plata

Grande librairie Río de la Plata animée par la librairie Coiffard à Nantes
Dédicaces des écrivains après chaque débat 
(Hall du Grand T)

Lectures à voix haute pendant les débats par les comédiens :
Anne-Pauline Parc (vendredi 9)
Sophie Merceron (samedi 10)
Yves Arcaix (samedi 10 et dimanche 11)

Projection permanente dans le Hall du Grand T du film Sale temps pour les pêcheurs (2011), d’après une nouvelle de Juan Carlos Onetti, de Alvaro brechner  avec Gary Oiquer, Jouko Ahola, Antonella Costa

Bal Tango (milonga)en musique avec le trio Jerez Le Cam Ensemble
(Restaurant du Grand T)

Bar-restaurant « Río de la Plata » animé par le RestO du Grand T

Interventions et lectures des écrivains invités dans les établissements partenaires suivants en Pays de la Loire

Vendredi 9 novembre 2018
La Roche-sur-Yon, lycée Jean de Lattre de Tassigny :
Anita Legras, proviseure, Antoine Chantecaille, professeur de français, et Sandrine Grant, professeure d’espagnol
Eduardo berti

Angers, faculté des Lettres, langues et sciences humaines : 
Raúl Caplan, professeur des Universités, directeur adjoint du département d’espagnol, spécialiste de la littérature uruguayenne
Juan Carlos Mondragón

Nantes, Lycée La Perverie :
Christophe Corda, proviseur, Jean-Marc Mathieu, responsable des classes préparatoires aux grandes écoles et Nathalie Moreau, professeure d'espagnol
Pablo de Santis

Nantes, collège Rutigliano  : 
Michel Tregouët, principal, Adeline Pringault, professeure de français, Geneviève Bousseau, documentaliste et Magali Leforestier, professeure d’espagnol
Laura Alcoba

Lundi 12 novembre 2018
Laval, lycée Le Douanier Rousseau (s.r.)  : 
Jean-Noël Godet, proviseur, Vicente Barcelo Pan, professeur d’espagnol, et Alexis Avril, professeur de philosophie
Andrés neuman

Nantes, lycée Clemenceau :
Corinne Raguideau, proviseure, Isabelle FauquetVilareal, professeure d’espagnol
Juan Carlos Mondragón

Nantes, lycée international Nelson Mandela :
Chantal Levy, proviseure, Raphaële Lequeux, professeure de français, et Maria Asunción Garcia, professeure d’espagnol
Carlos Liscano

Orvault, lycée Nicolas Appert :
Françoise  Fabien, proviseure, et Virginie Choëmet, professeure-documentaliste
Laura Alcoba

Nantes, lycée Guist’hau :
Michel Cocotier, proviseur, et Ana Millán, professeure d’espagnol
Elsa Osorio

Nantes, lycée Carcouët :
Thierry Dupré, proviseur, Philippe Jaunet, professeur d’économie politique, et Carmen Blasco, professeure d’espagnol
Elsa Osorio

Autre intervention hors région
Lundi 12 novembre 2018, 19h
Instituto Cervantes ( 7, rue Quentin bauchart, Paris 8) : 
rencontre avec deux écrivains aux multiples talents : Andrés neuman et Pablo de Santis
Partenariats
Partenaires institutionnels français
Conseil régional des Pays de la Loire 
Ville de Nantes 
Conseil départemental de Loire-Atlantique 
Ministère de la culture et de la communication/Centre national du livre 
Société française des intérêts des auteurs de l’écrit (SOFIA)

Partenaires étrangers
Ministère de la culture d’Uruguay, Montevideo 
Ambassade d’Uruguay, Paris 
Instituto Cervantes, Paris 
Office culturel de l’Ambassade d’Espagne, Paris 
Fondation Jan Michalski pour l’écriture et la littérature
En partenariat avec
Le Grand T, Théâtre de Loire-Atlantique
84 rue du Général Buat, 44000 Nantes
Directrice : Catherine Blondeau

La Librairie Coiffard
7-9, rue de la Fosse, 44000 Nantes
Directeur : Rémy Ehlinger

Avec les concours de
Optique Le Provost, Nantes 
Longchamp, Segré

Partenaires médias
Fip, Euradionantes, Jet FM...

Avec le concours des interprètes 
et traducteurs de l’espagnol
Victoria Bazurto, André Gabastou, Françoise Garnier-Carver
Remerciements
Grégoire Cheynet pour ses précieuses traductions, Sophie Faudel pour la copie du film Invasion, André Gabastou pour ses conseils littéraires

Les éditions Actes Sud, Christian Bourgois éditeur, Buchet/Chastel, Casterman, l’éclat, Des Femmes, Flammarion, Futuropolis, Gallimard, Joëlle Losfeld, La Contre Allée, Liana Levi, Libretto, Le Seuil, Métailié, Points, P.O.L., Stock

Merci également à nos fidèles amis bénévoles Jacinthe Blancart, Stéphanie Hauray, Dominique Landais, Guy-Arthur Rousseau et Pauline Vermeulen

Remerciements particuliers à Yann-Félix Thouault
Crédits photographiques
Couverture Le Bar à Joe : © Casterman / Couverture Carlos Gardel : © Futuropolis / Photo Borges : DR / 
Laura Alcoba : © Jean-Baptiste Millot, Gallimard / Elsa Osorio : © Sophie Bassouls et © Patrice Normand, Leemage/Opale / Juan Carlos Mondragón : © John Foley / Eduardo Berti : © Dorothée Billard / Julio Cortázar : © Fundación Juan March / Carmen Posadas : © Carolina Roca et © Jerry Bauer / Pablo de Santis : © Philippe Matsas / Ministère des affaires étrangères, Palacio Santos, Montevideo : © Y. D. / Dessins : © Quino, © Glénat, 
Bien chez soi et Pas mal et vous ?, 1978 / Librairie espagnole © Tangi Le Bigo


Géographies


Mardi 24 avril 2018 18h30-21h


Le Grand T, Nantes Entrée libre

Olivier Rolin, écrivain

Jean-Luc Bertini, photographe

Rencontre littéraire conçue et organisée par Impressions d’Europe
avec le concours du Conseil régional des Pays de la Loire et de la Ville de Nantes.

En partenariat avec Le Grand T, théâtre de Loire-Atlantique et de la librairie Coiffard.




18h30

Rencontre avec Olivier Rolin


Modérateur : Philippe Dossal, journaliste, écrivain, chargé d’enseignement à l’université de Nantes.

Olivier Rolin

Parce qu’il est porté à la digression, parce que son imagination et sa phrase semblent capables de sinuer à l’infini vers des territoires de plus en plus éloignés, à la frontière de l’histoire et du rêve, Olivier Rolin se définit volontiers comme un écrivain baroque. Né en 1947, venu à la littérature trente ans plus tard après une longue période de militantisme gauchiste, il n’a jamais cessé de s’interroger sur l’histoire, les utopies, le rapport entre la pensée et l’action. Cette méditation, profondément mélancolique, a nourri une vingtaine de livres, des romans, essais et récits de voyage.

Bibliographie sélective
Romans
Baïkal-Amour, Paulsen, 2017
Le Météorologue, Le Seuil/Paulsen, 2014
Tigre en papier, Le Seuil, 2002 (Prix France Culture, 2003)
Port Soudan, Le Seuil, 1994 (Prix Femina, 1994)
L’Invention du monde, Le Seuil, 1993

Récits géographiques
L’Heure blanche, Le bec en l’air, 2017
Solovki, la bibliothèque perdue, Le bec en l’air, 2014
Sibérie, Inculte, 2011 ; rééd. Verdier/Poche, 2016
Bakou, derniers jours, Le Seuil, 2010
Mon galurin gris : petites géographies, Le Seuil, 1997

Filmographie
Coréalisateur avec Élisabeth Kapnist du film
Solovki, la bibliothèque disparue

Présentation du livre et du film Solovki, la bibliothèque perdue par Olivier Rolin et Jean-Luc Bertini

Jean-Luc Bertini

Photographe professionnel, Jean Luc Bertini travaille aujourd’hui principalement dans le portrait d’auteurs pour l’ensemble de la presse française et quelques titres étrangers ainsi que pour plusieurs éditeurs.

Bibliographie sélective
Amérique : Des écrivains en liberté, Albin Michel, 2016
Solovki, la bibliothèque perdue, Le bec en l’air, 2014

19h30

Projection du film Solovki, la bibliothèque disparue de Élisabeth Kapnist et Olivier Rolin, 2014, 54 min.

Le camp des îles Solovki fut le laboratoire d’où sortit « L’Archipel du Goulag ».
Intellectuels, artistes, membres de l’ancienne aristocratie, les déportés firent que ce lieu d’esclavage et de mort fut aussi paradoxalement un lieu de culture. Ce film est une enquête menée par Olivier Rolin sur le destin de la bibliothèque du camp qui compta jusqu’à 30 000 volumes.

Lectures à voix haute par Anne-Pauline Parc et dédicaces des auteurs après le débat avec le verre russe de l’amitié.
Librairie thématique animée par la librairie Coiffard.

Remerciements aux éditions Le bec en l’air, Paulsen, Points et Verdier.
Un merci particulier à Yann-Félix Thouault.
Photographie de couverture extraite de Solovki, la bibliothèque perdue : © J.-L. Bertini, 2014
Photographie d’Olivier Rolin : © Yves Douet, Amsterdam, 2017